Humeur
11 commentaires

2018 sera heureuse.

Bye 2017. Je n’étais pas certaine de publier, je me confie assez peu finalement sur le blog et je suis pas du genre à prendre des résolutions à rallonge que j’oublierai le 10 du mois, mais l’objectif 2018 est d’être heureuse et si je peux t’économiser un bout de réflexion au passage, c’est cadeau.

2017 avait commencé difficilement, j’ai perdu mon grand-père. J’étais prête, je savais que ça allait arriver, il se battait depuis (trop) longtemps, mais je crois que je n’avais pas complètement réalisé. Je regrette de ne pas avoir pu lui poser de questions sur sa « vie d’avant ». Alors depuis je me rattrape avec ma grand-mère, qui ne m’épargne aucun secret. Et si le dialogue n’est pas encore aussi fluide avec mes parents (la faute à nos pudeurs), 2017 m’a appris à ne rien lui cacher, pour apprendre sur elle et par extension sur moi, sans faux semblants. J’arrive doucement mais sûrement à comprendre les comportements en chaine (elle, ma mère, moi), à connaître la femme au-delà de son statut. Cette année j’ai pris aussi le temps de la filmer, à ses dépends, pour ne pas avoir un jour à essayer de me souvenir du son de sa voix.

2017 c’est aussi l’année du grand chambardementUn an de job alimentaire que j’imaginais temporaire, de déceptions scolaires, de frustration et d’ennui m’a amoché. La dévalorisation professionnelle a rogné ma confiance en moi, je n’avais plus de but et je suis devenue hyper négative. J’ai tardé malgré les plaintes de mon entourage et c’est finalement mes émotions qui ont pris la décision à ma place. J’ai tout envoyé valser, salement, un peu malgré moi. Et comme le mal était fait il a fallu me reconstruire et réapprendre, en acceptant de me faire aider cette fois. J’en suis encore au stade où mes jours ne sont pas solides, mais j’ai pris le temps de me poser, de réfléchir et de penser à moi avant de penser à reprendre un travail. La confiance est revenue, les projets aussi. 

2017 c’est surtout l’impression d’avoir appris à bien m’entourer. Je dis souvent qu’on mesure une personne à la qualité de ses amitiés, cette année plus que les autres il y a eu un déclic. J’ai su naturellement laisser s’évader celles qui ne me correspondaient pas pour profiter des belles rencontres, en faisant confiance à mon instinct. Collègues en or, amies, mec… tous sont des incroyables soutiens avec juste ce qu’il faut d’amour et de franchise pour m’aider à avancer. Mes amitiés sont déconcertantes de simplicité et ça me repose. Je compte même plus le nombre de fou-rires, pour ça merci. Le reste est superflu. 

Comment faire de 2018, une année heureuse ?

#1 Mettre la peur et l’égo de coté

J’ai sur mon téléphone une liste de choses de ce que j’aimerais être ou réaliser. Lire plus, me mettre au montage vidéo, reprendre le dessin, etc. Il est temps de m’écouter, de prioriser et de me lancer pour me laisser une chance de réussir, plutôt que d’anticiper l’échec. Je vais rééquilibrer mon temps en fonction de mes envies avec en premier challenge : apprendre à tatouer. S’épanouir, c’est à portée de main. 

#2 Faire des « Random acts of kindness »

Je ne vais plus m’excuser d’être une éponge, de vouloir sans arrêt défendre la veuve et l’orphelin alors que ça ne me concerne que de loin. C’est cette empathie qui me permet aussi d’être sympa « juste » parce que ça fait du bien. Dans un monde égoïste, être heureux pour les autres, rend heureux. 

#3 Savoir dire oui

On apprend partout qu’il faut savoir dire non. C’est vrai. C’est bien. Mais dire oui et se laisser surprendre me permets peu à peu de rompre avec ma routine. J’étais devenue très casanière avec le boulot, j’essaie dorénavant d’insuffler un peu plus de spontanéité dans mes rencontres.

#4 Trouver ses gourous

Parce que les matins brumeux conditionnent mes journées, j’ai trouvé mes inspirations. Ce sont des personnes, des musiques, des podcasts ou des vidéos, qui me donnent la pêche les jours de moral en berne et me poussent à me surpasser. Plus de mauvaise conscience, moins de comparaison, que du positivisme. 

#5 Anticiper ses dépenses

Je suis très dépensière. Et sur tous les fronts. Alors histoire de profiter un peu plus de l’achat, maintenant j’économise. Voyage et shopping, même combat… anticiper et planifier fait durer le plaisir plus que le véritable passage en caisse. La suite n’est que fun et souvenirs.

Et toi, c’est quoi tes tips pour être heureux·se ?

J’en profite pour te remercier d’être là, de me lire. 2018 sera aussi ton année sur le blog, c’est promis.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

11 Commentaires

  1. Il est touchant ton article, et tu es une belle personne. En lisant ces mots cela transpire. Je me trouve dans ce que tu écris, c’est fou comme j’ai l’impression qu’on est pareilles alors qu’on ne se connaît que trop peu ! 2018 va être belle il faut positiver comme tu le dis, je te souhaite de réaliser tes projets et d’être Heureuse ma belle ❤️

    • Merci ma Cha’ ! Je le sens qu’on est faites pour s’entendre et comme tu le vois, je suis mon instinct. Merci d’être là, je te souhaite aussi le meilleur.

  2. Cet article te ressemble : une pépite de franchise, de talent, d’ambition modeste et d’inspiration. Je te souhaite évidemment que tout ce que tu entreprends porte ses fruits. Je n’en doute même pas. Ais confiance en qui tu es, je crois en toi.

    • Merci Maylis… ton commentaire me touche tellement. Je sais pas comment je fais pour le mériter, je me sens illégitime. Tu es la meilleure <3

  3. Badoune says

    J’aime bien te lire, tu écris si bien.

     la maladie m’offre des choses merveilleuses, j’aimerais te l’es transmettre .
    N’attends pas d’être malade pour comprendre ce que la vie à t’ offrir.
    Il serait trop tard sinon.
    Tu as, la santé, n’ais pas peur de vivre l’inespéré. Tout est possible si tu en a l’intime conviction. Si je suis capable de combattre ce cancer, tu es bien capable de réaliser tes rêves.
    La vie, c’est les autres. C’est le partage. L’amour, la surprise d’une rencontre.
    Profites des gens qui t’entourent, ouvre toi aux autres, montre leurs à quel point tu les aimes, ose vivre, ose  aimer, ose faire mieux, ose être différentes
    Savoir apprécier le temps présent et aimer les siens en chaque instant et connaître sa valeur.

    Ma maladie m’a aussi offert
    « le non jugement »

    La vie est parfois cruelle et difficile mais elle est merveilleuse à vivre.

  4. lalie says

    Comme toujours un texte juste ou chacune peut s’identifier. Tu es une précieuse personne à choyer quand on a la chance de t’avoir dans son entourage. 2018 démarre et elle va te sourire car tu prends le bon chemin, celui que tu sens et qui te conviens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.