lundi 24 mars 2014

Tête à chapeaux !


Mars. Encore et toujours.

C'est entre deux bourrasques de vent, que j'essaie de retrouver le fil de nos conversations. Je suis débordée, la tête dans les concours, la plume fatiguée, la rétine perdue dans l’œilleton de mon nouvel appareil photo : mon bel argentique. Un rien m'inspire, mon PC regorge de photographies, d'idées et d'envies. La décoration, les photographies, les looks, tout y passera !

Et puis le blog va bientôt se refaire une beauté, accueillir de nouveaux copains et leurs projets, prendre de l'assurance...

Impossible de me concentrer sur autant de choses à la fois !

En attendant de retrouver un rythme normal je vous abandonne avec une tenue débraillée, l'élastique de ma jupe se retourne, mon collant descend, un calvaire pour m'habiller. 

L'idée pour le look d'aujourd'hui était d'assumer enfin ce chapeau qui traîne depuis des lustres sur ma commode... j'ai la nette impression que l'on nage en plein phénomène attraction-répulsion depuis que je l'ai acheté.
Je l'aime, c'est certain, mais sans trouver le moyen de sortir avec (la peur de l'effet cow-boy peut-être). C'est maintenant chose faite ! Prochaine association : le pantalon !

Je vous retrouve bien vite avec des nouveautés.





                                                Chemisier,   vintage  /   JUPE, collants & CHAUSSURES,   H&M /   
                                                                         Perfecto,   Primark / chapeau,   ZARA / 




Photographies & Images © Marie Babeau 

lundi 3 mars 2014

Recherche l'extra dans l'ordinaire


Mars. Le temps file à une vitesse impressionnante. Mon art légendaire de la procrastination est mis à rude épreuve pendant que ma to do list prend une ampleur considérable.

Parlons changement,

Comme tout un chacun, j'essaie au quotidien de me démarquer, de trouver un juste équilibre entre ma personnalité et les fringues que je porte. Mais, lorsque j'ai troqué mon tie and dye blond pour mon actuel carré-frange brun, j'ai eu la désagréable sensation de tomber dans "l’ordinaire", de me fondre dans la masse et rogner une partie de ce que je voulais montrer de mon caractère...

J'exagère à peine...

Alors, comment sortir du lot ? Arriver à se détacher de l'armée de clones made in H&M et Zara lorsque mon budget d'étudiante, ne me permet pas de me placer dans la liste des potentiels mécènes pour les jeunes créateurs en manque de moyens, que mon niveau en couture est proche du level 0, que je suis une victime des tendances que nous dictent les médias et que je ne souhaite pas passer mon temps chez Emmaüs ?

Après tout, avant il me suffisait de lâcher mes cheveux pour twister n'importe quelle tenue un poil basique (a contrario, le moindre vêtement excentrique me faisait vite passer pour une punk à chien) ; et maintenant, l'effet est moindre.

Où je veux en venir ?

Sur ma façon de penser ma garde-robe qui a complètement changé (il suffit de rien).

Ma coiffure, plus passe partout, force le changement. Mon nouveau challenge est quotidien : booster mes tenues, trouver de nouvelles coiffures, de nouvelles façons de me maquiller, de nouvelles façons de me sentir UNIQUE...(hashtag Choisir ses Batailles).

Dernièrement j'opte pour un look à la BB. Parce que le carré court, oui, mais version rétro c'est mieux ! L'effet sera encore plus probant lorsque j'aurais investi dans une coque, histoire de pumper encore plus le sommet de mon crâne.

Et vous mes agneaux, quels sont vos trucs ?





                                             Gilet ET robe,   ZARA  /   collants,   H&m   /   BOTTINES,   ASOS / 





                                                                    Photographies & Images © Marie Babeau 

vendredi 21 février 2014

Rouge vie !

Les loulous,

Vendredi. Février. Il fait un froid de gueux dehors, j'ai l'impression que le ciel nous dégueule toute sa haine. Faire des shootings en extérieur relève de la mission à haut risque (n'est pas Bear Grylls qui veut) je préfère mille fois le confort de mon canapé mais je fonce photographier un look dès la première accalmie !
Pour le moment, je me refuse à vous faire un shooting "mur en crépi et lumière badass" propres à l'intérieur de mon appartement...mais patience, ça risque de venir. 

En attendant, j'en profite pour vous parler de rouge à lèvres et de vous proposer un contenu un peu différent puisqu'il s'agit d'un article à 6 mains : mes amies, une jolie blonde au teint rosé, une rousse flamboyante au teint de porcelaine, et moi-même allons partagez avec vous nos favoris.

Dans mon cas, tous les matins, même combat. C'est la fin de l'hiver j'ai le regard moisi, le teint brouillé (ou l'inverse) mais j'essaie de booster tout ça à grand renfort de couleurs.

Au naturel, j'ai les lèvres qui tirent sur le violet alors je choisis avec minutie chacune des teintes de mes rouges en gardant en mémoire que quoiqu'il arrive, la couleur sera plus foncée une fois sur moi. J'aime le contraste de ceux que je vais vous présenter avec mes yeux verts, mes cheveux bruns et ma peau claire. 



Paul & Joe / Chanel, La Précieuse - Rouge Allure Velvet / Yves Saint Laurent - Rouge Pur Couture / Chanel, La Fascinante - Rouge Allure Velvet / Chanel, Gardenia - Rouge Coco 

Je saute le premier pour passer directement au Chanel (à gauche) : Un rose-corail transcendant à la texture crémeuse que j'utilise plutôt l'été, l'un de mes préférés. Le packaging à poussoir Chanel est très élégant et renferme dans un écrin un véritable bijou. La pose est très facile, la pigmentation parfaite, le rendu mat (attention aux lèvres gercées il révèle les petites peaux) et la tenue plus que correcte. Pas d'effet "j'ai mis du contour des lèvres" une fois le rouge parti, ce qui est un VRAI plus.

Yves Saint Laurent, le rouge par excellence, fatal et chic qui rehausse n'importe quelle tenue. Une pose à faire au pinceau pour plus de précision, un fini laqué dont je ne me lasse pas pour un résultat Blanche-Neige inside qui n'est pas pour me déplaire. Petit bémol une tenue moyenne et malheureusement un effet "résidus shagass" qui revient lorsque la journée avance.

Le rose de chez Chanel, qui tire sur le rouge (rapport aux lèvres peut-être). Mêmes compliments que le premier, un fini mat, une texture crémeuse limite hydratante, une pigmentation idéale. Les Velvet sont confortables et doux, bien étudiés : mes préférés !

Un autre rose de chez Chanel. Collection antérieure cette fois, un vieux rose irisé que j'estompe avec mes doigts pour un effet nude, la couleur n'étant pas très prononcée. La tenue est moyenne (on note un net progrès chez Chanel pour la tenue de leurs rouges), la texture agréable une fois posée, il est pailleté sans pour autant être bling bling !

Voilà, je crois avoir fait le tour malgré l'exhaustivité de ma liste.

Prochain achat : DIOR avec le Rouge Dior et la teinte Darling. Un fushia qui serait parfait pour l'été et change de ce que je peux avoir.


Louise : "L'Absolu Velours, ça faisait un moment que je lui tournais autour. 

Après avoir essayé 4 teintes différentes sur les conseils d'une (très patiente) vendeuse Sephora, mon choix s'est porté sur la teinte "Velours de Caprice" (N°193), et le Père Noël a fait le reste.

Cette teinte est un "vrai" rouge assez fatal, version rouge bleuté (c'est-à-dire froid), parfait pour mettre mon teint en valeur. Et bonus des rouges "bleus" : l'effet dents blanches !

La texture porte bien son nom de velours : crémeuse mais avec un rendu mat, hyper confortable, et longue tenue ! Je préfère l'appliquer avec un pinceau parce que l'embout du rouge n'est pas le plus pratique à manier, et en appliquant deux couches fines, la tenue est impeccable. Avec cette méthode, si la couche superficielle s'estompe après avoir mangé/bu, la couche de base "teint" vraiment les lèvres en profondeur et si l'effet de matière n'est plus là, il reste toujours la couleur !
La preuve en est que si vous essayez d'appliquer le rouge au doigt, vous allez vous retrouver pendant des heures avec un bout de doigt coloré...

Donc si vous n'avez pas peur des couleurs vibrantes et que vous cherchez un rouge à lèvres confortable et longue tenue, craquez votre tirelire pour l'Absolu Velours !"



Marie : "Mon amour de Paul & Joe. 

Contrairement à Louise, ce choix de rouge à lèvres s'est fait en peu de temps.

On m'avait déjà parlé de la collection de ces rouges à lèvres, qui non seulement avait un beau packaging (un défaut de graphiste...je me jette sur les beaux contenants, sans même parfois réfléchir au contenu) mais aussi de très beaux coloris.

Après avoir bavé dessus, mes yeux sont devenus tout brillants quand je l'ai vu, trônant sur ASOS et en promotion ! OUI mon bel aimé était à 12€ ! Il me suffisait de choisir entre les 3 teintes.
Dans mon souvenir, il y en avait un orangé, un plus rouge, et ce magnifique petit fushia/rosé.

Pourquoi ma carte bleue s'est enflammée pour celui-ci ? Et bien à vrai dire je ne me suis jamais trop posée cette question, sur ce coup, j'y suis allée au feeling. Je crois que je savais que cette teinte irait parfaitement avec ma peau blanche et mes cheveux roux.

Mes cheveux ont plutôt une couleur chaude, et ce petit rouge à lèvres, froid, permet de rehausser mon teint. Bien sûr, il faut ajouter une touche de blush pour ne pas paraître morte ! Mais j'aime beaucoup le contraste que ça crée.
Il donne une touche féminine tout en restant sobre, et sait s'adapter en journée comme en soirée.

De plus, au lieu de laisser des résidus de couleurs au cours de la journée, il préfère s'estomper, et pour ça, je le remercie. Adieu le calvaire de la bouche chelou (déjà que j'ai des lèvres fines...non merci hein !)

Alors oui, je le conseille à toutes. Si un jour vous avez l'occasion de l'acheter, n'hésitez pas !"


Merci à Louise et Marie pour leur aide. 

A bientôt !

lundi 17 février 2014

La théorie du Shetland !


En parlant de nos traumatismes respectifs avec une amie, j'ai eu une révélation !

Comme la plupart des enfants de cette planète, mes parents ont eu la bonne idée de m’initier à l'équitation (je vous passe les anecdotes gênantes liées à mon incapacité de bouger en situation de crise et je passe directement au passage qui nous intéresse) mais la peur de la vitesse et/ou du vide m'empêchaient de grimper fièrement, cheveux au vent, sur n'importe quel destrier. 

Si j'avais plus ou moins accepté l'idée que je ne serais jamais élégante sur un cheval (Xena n'était visiblement pas une profession faite pour moi, remise en question terrible pour la petite fille que j'étais !) j’espérais pourtant garder un peu de dignité.
...

C'était sans compter sur Etoile, cheval tuné "Bilboien", 20 cm au garrot, boule de nerfs juchée sur quatre courtes pattes qui refusait le passage aux VRAIS chevaux, dix fois plus grands que lui.

Ô joie, il m'était destiné !

Chance, du haut de mon mètre 45 je pouvais freiner à loisir avec les pieds puisqu'ils dépassaient allègrement de chaque côté de la bête en touchant terre. Chance aussi, tomber du canasson revenait à peu de choses près à tomber d'une chaise...on a fait plus violent comme entrée en matière !

Je vous laisse imaginer le fou rire de mes parents lorsqu'ils venaient applaudir mes exploits équestres.

Mais, POURQUOI JE VOUS PARLE D’ÉTOILE ?

J'y viens !

Le pantalon que je porte aujourd'hui est un pantalon atteint du syndrome Shetland...trop court, voir beaucoup trop court (toussapourssa ? eh oui !) ! Et pourtant même si ma cheville prend l'air, je ne me lasse ni de sa forme, ni de sa matière et encore moins de ses motifs tartan. Un amour fusionnel pour un vrai pantalon d'hiver !

Vous connaissez ma passion couleurs, rien de tel que le bleu pour rehausser la tenue un peu fade. Qu'en pensez-vous ?

Et vous, des traumatismes d'enfance à m'évoquer ?




                                      Collier et pull,   zara  /   pantalon,   asos   /   Mocassins   London rebel






                                                                           Photographies & Images © Marie Babeau 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...